Une prof à l'Ile Maurice


Combien ça coûte? (réponse à la devinette)

Même si j’ai été détachée de l’Éducation Nationale pour travailler avec l’AEFE, je suis toujours payée en euros. Et quand on travaille à l’étranger mais qu’on touche son salaire dans la monnaie de son propre pays, on s’intéresse assez vite au cours des devises et au taux de change!! ;) En cette période où l’euro baisse, je jette souvent un œil sur les marchés avant de faire mes transferts, et pour cause : à mon arrivée en août, 1 euro équivalait à presque 40 roupies, tandis qu’aujourd’hui (19/05/12) il en vaut 36,3 et la tendance ne semble pas vouloir s’arranger…

Ceci me donne donc l’occasion de répondre à la petite devinette posée il y a quelques temps déjà sur le prix de quelques aliments et produits de la vie quotidienne (à savoir le pain, les yaourts, le Coca, le camembert… et le magazine Voici! A noter que j’ai relevé les prix il y a à peu près un mois, cela a peut être varié un petit peu depuis).  Pour cela, plongeons-nous dans LE temple de la consommation du nord de l’île :

Combien ça coûte? (réponse à la devinette) dans Bouffe et boissons de l'Ile Momo SuperU

Vous l’aurez deviné, ce sont les produits importés par avion qui sont les plus onéreux. A Super U donc, et les personnes qui ont voté avaient raison, c’est le camembert qui coûte le plus cher parmi les 5 produits que j’avais proposés : 198Rs le Coeur de Lion (5,45€) ou encore 218Rs le Caprice des Dieux (6€) par exemple.

Il est suivi de près par le magazine Voici (186Rs, soit 5,10€ au lieu d’1,50€!) et certains yaourts. Alors que 4 Yoplait valent en moyenne autour de 47Rs (on peut les acheter à l’unité ici, j’adore, je choisis toujours plein de parfums différents selon mon envie du moment) (habitude à perdre en France cet été, il faudra que j’y pense!!), les 6 petits suisses coûtent quant à eux entre 119 et 250Rs (3,30 et 6,90€), les 4 Sojasun sont à 185Rs (5€), on comptera 230Rs pour 4 Activia (6,30€) et 380Rs (10,45€) pour une grosse faisselle Rian (et là, ça commence à faire cher le fromage blanc!).

Vient ensuite le Coca Cola (38,50Rs la bouteille d’1,5l soit 1€ grosso modo, je pense que c’est le même prix en France plus ou moins?). Pour les amateurs, la bouteille de bière locale Phoenix Beer, 650ml, est à 48Rs (1,30€), c’est-à-dire le même prix qu’une canette de 33cl d’Heineken. Même chose pour l’eau : on trouve 6 bouteilles d’eau de source mauricienne Vital à 103Rs (2,80€)… du coup on évitera la bouteille d’Evian à 72,5Rs! (2€)

Pour finir, c’est le pain qui ferme la marche : à Super U, acheter une ficelle industrielle vous en coûtera 5,50Rs (0,15€) et une baguette 10,40Rs (0,28€). Par contre, si vous avez envie d’une miche bio fabriquée à Maurice, il faudra débourser entre 190 et 220Rs (5,20-6€). La bonne découverte de cette semaine : une petite boulangerie sympa à Pointe-aux-Canonniers, qui fait du bon pain « à la française », croustillant avec une mie bien moelleuse (miam!) et là c’est autour de 25/28Rs la baguette (env. 0,80€).

Quelques prix en vrac pour ceux qui sont intéressés par les choses sérieuses (héhé) : le pot de Nutella de 350gr est à 108Rs (soit 3€), le paquet de chocos Prince vaut 85Rs (2,35€), la boîte de Ferrero rochers de 200gr 205Rs (5,65€), les Pringles 92Rs (2,50€)… donc autant dire que je mange un peu moins de « cochonneries » ici (…enfin, tout est relatif!).

Je m’aperçois que j’achète également moins de bœuf (le beef hâché est autour de 200Rs la barquette), pour privilégier davantage le poulet, les oeufs (45Rs les 6) ou le porc. Je consomme plus de fruits et de légumes, même si les prix à Super U sont un peu élevés (mieux vaut aller au marché).

Autre chose que je consomme à gogo : le riz! Ici, il est plus facile de trouver des sachets de 25Kg de riz (1430Rs, soit 1,5€ le kg) que des paquets de 500gr ou d’un kilo!! (il faudra que j’essaye de prendre une photo du rayon!).

Cari-poulet alimentation dans Devinettes et sondages

Cari de poulet préparé par Jhoty

Bref, vous l’aurez compris, vivre dans une île tropicale ravitaillée par mer et par avion fait que l’on est amené à changer son alimentation, pour le plaisir de manger « local » d’abord, et puis pour éviter aussi de passer son budget dans la bouffe!! Par contre, je ne cache pas que j’ai parfois des petites envies de « trucs-comme-en-France » et dans ces cas-là, cela fait bien plaisir de manger un morceau de chocolat Côte d’Or ou un Ferrero!! :)

PS : pour mon père et Rodo qui me le demandent souvent : actuellement, l’essence est à environ 49,30Rs le litre (prix fixe dans toutes les stations de l’île), c’est-à-dire à 1,35€/l.


Un mariage hindou

Le week end dernier, j’étais invitée dans la famille de Jhoty pour assister à un mariage hindou!

Accompagnée par ses filles et leurs cousines, j’ai pu découvrir deux étapes importantes du mariage : « la cérémonie du safran » le samedi soir, et l’union des mariés le dimanche. Pour l’occasion, on m’avait prêté un beau sari noir! (à noter que le sari -qui est un vêtement magnifique- reste néanmoins à mon humble avis l’un des moins pratiques : je serais incapable de le mettre seule et mon gros défi de la journée de dimanche a même été de conduire avec!!).

Voici une série de photos, accompagnées de quelques explications pour vous faire partager cette chouette découverte :

La cérémonie du safran (samedi soir)

Un mariage hindou dans La vie à Maurice Mariage-indien-veille-cadre

D’entrée, dès l’arrivée sous le chapiteau accolé à la maison, je suis frappée par plusieurs choses :

-le cadre, magnifique, décoré de tentures, de lumières, de guirlandes et de fleurs aux couleurs chatoyantes
-les tenues des femmes, superbes, brillantes et colorées
-la mariée, assise près de sa mère sur une estrade, qui parait extrêmement triste (c’est sa dernière nuit à la maison, ensuite elle partira vivre avec son époux et éventuellement sa belle-famille).

La cérémonie du safran va se dérouler sans le marié, qui fait à peu près la même chose de son côté, avec sa famille. 

A noter qu’avant la cérémonie, nous avons mangé un très bon repas (là encore avec les doigts, je commence à prendre le coup de main!), composé de cari de gros pois, de banane, des brèdes, du giraumon… le tout accompagné de riz et de dholl puri (sorte de petites crêpes qui ressemblent à des faratas) : délicieux! :)

Mariage-indien-veille-mari%C3%A9e mariage hindou ; cérémonie du safran dans La vie à Maurice 

La mariée, toute vêtue de jaune, et sa mère arrivent, la cérémonie peut commencer! Le prêtre va longuement bénir différents objets (fleurs, timbales…) en compagnie des hommes de la famille. Les veuves ne participent pas au déroulement des différents rites, seules les femmes mariées pourront approcher la jeune fille et enduire son visage de « safran » (curcuma) comme le veut la tradition. Cette étape est une sorte de bénédiction : chaque membre de la famille va aller devant la mariée, lui tapoter les épaules et la tête avec un petit fagot de vétiver, puis la barbouiller de safran. On va également déposer des fleurs jaunes sur elle. La pauvre a pleuré pendant tout le rituel, tandis que sa maman essuyait les plus gros morceaux avec un mouchoir.

J’ai pris une photo au moment où Jhoty était auprès d’elles :

Mariage-indien-veille-safran

Mariage-indien-veille-pleurs

Deux vieilles femmes seulement chantent durant cette cérémonie. La fille de Jhoty, Dyvia, m’a expliqué que la jeune génération ne connaît pas vraiment les chants rituels, donc ce sont les personnes les plus âgées qui s’en chargent.

La soirée se termine par une fête avec musique et danse, tout le monde retrouve alors le sourire, à l’image de Jhoty!

Mariage-indien-Jhoty

L’union des mariés (dimanche)

 A 14h, emmaillotée dans mon sari grâce à la belle-sœur de Jhoty, je suis prête pour la cérémonie!

Après un bon riz briani, nous attendons le marié et sa famille, qui finissent par arriver au son des klaxons : ils sont chargés de cadeaux (fleurs, vêtements pour la mariée, bijoux, fruits…) mais tout sera béni avant d’être offert.

La cérémonie commence avec le marié seul sur l’estrade, accompagné par son beau-frère et deux prêtres : le sien et celui de la mariée. Le jeune homme est vêtu de rouge et de beige et porte une sorte de grosse toque sur la tête. Au bout de quelques minutes, sa promise sort de la maison sous un tissu brillant tenu par ses frères :

Mariage-indien-mari%C3%A9e

Les époux vont devoir suivre plusieurs rituels chargés de symboles :

-ils vont s’échanger un collier de fleurs de frangipaniers, 

-après avoir noué un tissu à la robe de la mariée pour symboliser leur union, le jeune homme et sa femme vont tourner 7 fois autour du feu allumé sur scène (ce sont 7 promesses qu’ils se font : fidélité, respect, etc.),

-ils vont également se cacher sous un grand drap déployé au dessus d’eux : c’est là, à l’abri des regards, que le marié tracera le liserai orange sur la chevelure de sa femme, ce qui signifie qu’elle est désormais mariée :

Mariage-indien-drap

Mariage-indien-trait-rouge

-le marié va donner à son épouse un collier en or, le « mangalsutra » :

Mariage-indien-collier

-tous deux vont enfin s’échanger leur bague :

Mariage-indien-%C3%A9change-bagues

Mariage-indien-%C3%A9change-bagues2

La cérémonie s’achève par un beau jeté de fleurs sur les mariés (que je n’ai pas eu le temps de prendre en photo!!) Suivent ensuite quelques « jeux », comme celui où la famille de la mariée bloque l’entrée de la maison à son époux : il doit payer pour pouvoir entrer! (a priori, d’après ce que j’ai pu comprendre entre les rires et les moqueries, ce marié-ci n’avait pas été très généreux!!)

Réunis dans une pièce de la maison, les époux attendent ensuite que chaque membre de leur famille viennent les bénir en leur faisant manger une cuillère de riz au lait. Ils partiront enfin de la maison, accompagnés par les pleurs de tous…

Conclusion : Pour résumer, une très belle nouvelle expérience pour moi, dans une famille sympathique, où tout le monde a pris un peu de temps pour m’expliquer le déroulement de la cérémonie, en parlant doucement le créole ou en essayant d’utiliser le français! :)


Vacances à la Réunion : la montée du Piton des Neiges

Pour les vacances de Pâques, je suis partie découvrir l’île voisine, où j’ai retrouvé ma copine Anabelle, elle aussi de passage en terre française. Parmi les nombreuses visites et balades que nous avons pu faire, la plus marquante (et la plus éprouvante!!) restera sans doute pour nous la montée du Piton des Neiges, c’est pourquoi je tenais à dédier un article à ce sujet!

Cet ancien volcan désormais endormi regarde l’île de la Réunion du haut de ses 3070m. Pour accéder à son sommet, il faut parcourir environ 8km, tout en montée et en grande partie sous la forme de « marches d’escalier » (3487 pour être précise!). A la fin des marches, on arrive à un gîte, situé à 2400m d’altitude : nous avons choisi de dormir là et de faire les 600 derniers mètres à 4h du matin, à la lampe frontale, pour assister au lever du soleil.

Bon, tout d’abord il faut l’avouer, on savait que ça serait dur… mais clairement pas autant! Quand nous avions annoncé, tout sourire, à la femme de l’office de tourisme de Cilaos qu’on voulait monter le Piton, elle nous avait bien regardées de haut en bas et avait conclu avec un petit sourire : « bon, vous êtes jeunes et vous paraissez en bonne santé, vous devriez y arriver »… ça aurait sans doute dû nous mettre la puce à l’oreille! De même que les gens croisés sur le parking, équipés de bâtons, ou ceux, expérimentés, qui parlaient de leur ascension du Mont Blanc…

Si je devais résumer aujourd’hui en quelques mots mon vécu sur cette randonnée, je dirais que j’ai :

-beaucoup galéré lors de la montée et souvent cherché un second souffle à partir de 2000m d’altitude,

-bien souffert au niveau des jambes lors de la descente,

-fait une overdose de marches,

-cru perdre définitivement l’usage de mes genoux et d’une partie de mes poumons,

-réclamé plus d’une fois une corde pour me pendre…

Mais bon, malgré tout ça, l’arrivée au sommet pour le lever du soleil et le souvenir que j’en garde aujourd’hui sont vraiment une belle récompense et font que je ne peux pas regretter tous ces efforts!

Voici un petit résumé en images de ces 24h de périple!

11h : après 1h30 de route, nous sommes presque arrivées au lieu-dit « Le Bloc », à Cilaos (1300m d’altitude), point de départ de la randonnée :

Vacances à la Réunion : la montée du Piton des Neiges dans Vacances à la Réunion avril 2012 Mont%C3%A9e-Piton-bloc

Sac sur le dos, nous démarrons l’ascension. Très vite, nous découvrons que nous avons de sublimes points de vue sur le cirque :

Mont%C3%A9e-Piton piton des neiges dans Vacances à la Réunion avril 2012

Au bout d’un certain temps, nous arrivons dans les nuages. La montée des marches se poursuit…

Mont%C3%A9e-Piton2 réunion

Une étape durant notre ascension : « les cabanes », où l’on peut trouver de l’eau potable (on en a eu au retour, pas à l’aller) :

Mont%C3%A9e-Piton3

La végétation change encore… ici, on se croirait dans un décor à la Tim Burton :

Mont%C3%A9e-Piton-4

Des marches, encore des marches…

Mont%C3%A9e-Piton-5

…toujours des marches…

Mont%C3%A9e-Piton-6

Et puis ça y est, les escaliers se terminent, nous arrivons à 2400m à proximité du gîte, il est 16h!

Mont%C3%A9e-Piton-7

Mont%C3%A9e-Piton-gite

Rougaille saucisse, riz et courte nuit, puis nous repartons, frontale sur la tête à 4h du matin, pour les 600 derniers mètres de montée! La marche est difficile car elle s’effectue dans les scories du volcan, l’air est plus rare la respiration s’en ressent… et surtout il FAUT garder le rythme pour être au sommet avant le lever du soleil!!

Là-haut, nous ne sommes pas les seules, les quarante personnes du gîte sont aussi présentes, sans compter les quelques aventuriers qui ont dormi sous tente :

Mont%C3%A9e-Piton-en-haut

Tout n’est pas dégagé, mais en attendant un peu, on arrive à découvrir le paysage qui nous entoure. Et puis, à 6h30, le soleil se lève, j’oublie alors la fatigue et mes jambes douloureuses… le spectacle est magnifique :

Mont%C3%A9e-Piton-lever-soleil

On voit la mer et la côte est :

Mont%C3%A9e-Piton-lever-soleil2

On aperçoit le cirque de Salazie :

Mont%C3%A9e-Piton-sommet-cirque

Petite promenade sur la crête du Piton pour voir l’autre côté, il ne fait pas chaud, j’endure bien ma polaire (prêtée par Evelyne de la résidence Les Sables noirs!) et mon coupe-vent :

Mont%C3%A9e-Piton-sommet

Pas de végétation tout en haut, juste de la roche :

Mont%C3%A9e-Piton-en-haut2

Le décor est fascinant, j’aurais dû faire vulcanologue!

Mont%C3%A9e-Piton-Del

Il est désormais temps de redescendre le sentier caillouteux pour un bon petit déjeuner bien mérité au gîte!

Mont%C3%A9e-Piton-descente

On termine la descente par les escaliers… sous la pluie pour les deux dernières heures de marche :

Mont%C3%A9e-Piton-descente2

A 12h30 nous sommes de retour au « Bloc », les genoux en vrac, trempées, fourbues… mais tellement heureuses et fières d’avoir réussi cette ascension!! :)


La quête de Fardak |
Vivre en Chartreuse |
les clés de la santé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un petit morceau de c...
| La vie d'une ado .
| tilly93