Une prof à l'Ile Maurice


Embouteillages…

Cette semaine, je suis en stage dans le centre de l’île! J’apprécie cette coupure, la découverte d’un nouvel établissement, la rencontre avec des profs de tous les horizons de l’Océan Indien, l’échange de pratique… et aussi les trajets en taxi avec mes deux collègues, Selvi et Roumila! (oui, on prend un taxi pour faire les allers-retours, vous allez tout de suite découvrir pourquoi!!) ;)

Je vous avais déjà raconté les situations improbables que l’on peut être amené à vivre sur les routes de l’Ile Maurice ici. Aujourd’hui, coincées dans les bouchons près de Moka, nous avons eu la drôle de sensation de ne pas être complètement à Momo, mais plutôt en Inde… ou en tout cas dans un endroit où le flux de véhicules n’était pas totalement organisé… vous voyez ce que je veux dire?

Embouteillages... dans La vie à Maurice Embouteillage3

Non, la photo n’est pas prise depuis l’arrière du véhicule… mais de la place passager à l’avant!!

Embouteillage2 bouchons dans La vie à Maurice

ça mériterait une question au code une situation comme celle-là! ;)


La plage du jour! Grand Gaube

Le nord-est de l’île, un peu plus éloigné de l’animation de Grand-Baie, de ses bars et de ses plages, a un côté typique et Grand-Gaube en est un bel exemple. Cette petite ville aux rues parfois étroites, moins prise d’assaut par les touristes que d’autres dans le nord, ne possède pas de longues bandes de sable léchées par les vagues du lagon comme Mont-Choisy, mais de petites criques souvent bordées de filaos, qu’il faut savoir chercher à travers les fourrés et les rochers. C’est grâce à mes deux collègues et leurs enfants que j’ai pu découvrir l’un de ces petits coins tranquilles, où nous nous sommes baignés et avons pu profiter de la fin de l’après-midi.

Les plus : un endroit calme, car même si d’autres familles mauriciennes sont venues s’y baigner, nous avons été seuls la plupart du temps ; pas de caillou, ce qui est assez rare dans cet endroit de l’île ; de l’ombre en fin de journée ; quelques coquillages à ramasser sur la plage de l’autre petite crique juste à côté.

La plage du jour! Grand Gaube dans La plage du jour Gd-Gaube1

Gd-Gaube2 détritus dans La plage du jour

Gd-Gaube3 Grand-Gaube ; crique ; plage

Seule sur la plage…

Gd-Gaube4

… avec ma copine Adèle bien sûr! :)

Gd-Gaube5

Après l’escalade de gros cailloux, voici l’autre crique, où j’ai pu ramasser quelques porcelaines (et accessoirement me déchirer un bout de la main en m’agrippant à des buissons épineux).

Les moins : l’accès à la plage se fait après une route assez défoncée (c’est fréquent ici, attention aux suspensions!!) et une courte marche à pied parmi les cailloux, des buissons qui piquent un peu… mais surtout après la vision d’une sorte de décharge dispersée aux pieds des arbres!! Il faut savoir que si notre crique était propre, c’est parce que mon collègue y avait déjà « fait le ménage » en ôtant bouteilles de soda, paquets de cigarettes et autres objets indésirables en pleine nature! (et encore il en a retrouvé de nouveau cette fois-ci…).

Bilan : une petite plage sur laquelle je serais ravie de reposer ma natte (façon de parler car je l’avais oubliée!!) : j’y ai aimé le calme et l’absence de caillou. Par contre, elle aura eu le mérite de nous montrer la réalité de l’environnement à Maurice : la plupart des personnes passent le week end à la plage, campent, viennent s’y baigner ou s’y promener et n’ont pas encore le réflexe de jeter leurs détritus à la poubelle. Et ça c’est bien dommage… :(


Réponse à la devinette « bestioles »

Tout d’abord, merci aux 20 personnes qui se sont prêtées au jeu! Entre la guêpe, la fourmi et l’escargot, 14 d’entre vous ont trouvé la bonne réponse à la devinette « Par rapport à la France, quelle bestiole fait le double de sa taille à l’Ile Maurice? » Je ne vous fais pas attendre plus longtemps, la voici en image :

Réponse à la devinette

Eh oui! Même si les guêpes d’ici ont une drôle d’allure (elles volent un peu penchées en avant, les pattes ballantes et sont d’un jaune-orangé assez vif) et même si les fourmis sont omniprésentes, les bestioles qui m’ont vraiment surprise, en tant que bourguignonne, sont les escargots : ils sont énoooormes!! (la main sur la photo appartient à un monsieur qui mesure à peu près 1m90!)

Comme en Guadeloupe, leur coquille a une forme qui ressemble un peu à celle d’un coquillage. Leur corps est bien foncé, presque noir, avec de bonnes grosses antennes. Ici les escargots ne sont pas appréciés, car en plus de dévorer facilement tout ce qui peut leur tomber sous la coquille, ils font de gros cacas sur les murs des maisons (avec ma voisine, on a même émis la théorie que les escargots mauriciens faisaient exprès de venir grimper sur les murs de nos varangues faire leurs cacas avant de repartir discrètement dans l’herbe du jardin!).

Vue leur taille, j’envisageais une exportation vers la Saône-et-Loire et Digoin pour la « Fête de l’escargot », mais il paraît qu’ils ne se mangent pas… une expatriée m’a dit qu’elle avait tenté d’en préparer et que le résultat s’était révélé très fade. Tant pis!

Un article orienté « bestioles et insectes de l’île Momo » est en cours d’élaboration, j’attends juste d’avoir davantage de photos (et j’espère que ça vous donnera toujours envie de venir!!!) :)

PS : une nouvelle devinette a été lancée, et cette fois, les réponses sont multiples!


L’alouda

Aujourd’hui, après une semaine placée sous le signe des conseils de classe, un petit article-réconfort « bouffe et boissons de l’île Momo » dédié à l’alouda!

Il y a quinze jours encore, je ne connaissais pas cette boisson typique de l’île Momo, et voilà que j’ai eu par hasard l’occasion d’en boire trois fois la semaine dernière, et de trois couleurs différentes en plus (verte, rose et blanche)!

Qu’est-ce donc que l’alouda? C’est une boisson sans alcool, lactée et sucrée, servie bien fraîche, assez bizarre au niveau de la texture quand on en goûte pour la première fois (on se retrouve avec des petits grains noirs et des lamelles fermes et transparentes dans la bouche dès la première gorgée!) mais très douce, avec un petit goût de vanille et d’amande bien agréable. En gros, d’aspect, ça donne ça :

 L'alouda dans Bouffe et boissons de l'Ile Momo Aloudajpg

Quand Jhoty m’en avait apporté une bouteille la semaine dernière, j’en avais profité pour lui demander tout ce qu’il y avait à l’intérieur (ça me paraissait assez « chargé » comme boisson!). Mais décrite en créole, la recette m’avait semblé assez obscure : j’avais réussi à comprendre l’idée du lait chauffé avec du sucre et de la vanille, du colorant si on le souhaite, par contre, le bâton de « mousse » râpé dedans et le « toucmaria » (les petites graines noires) ajouté en plus ne me disaient rien du tout!

Toucmaria alouda ; toucmaria ; agar-agar dans Bouffe et boissons de l'Ile Momo

Finalement, c’est ma collègue Roumila qui m’a expliqué la recette lors d’un « goûter de fin de vacances » chez elle : le bâton de la mousse est en fait une sorte de gélifiant d’origine naturelle, l’agar-agar. On en râpe des morceaux dans le lait aromatisé bien chaud, et on y ajoute des graines de toucmaria que l’on aura fait tremper à l’avance dans l’eau . Mes collègues et moi avons longtemps discuté pour trouver un équivalent connu à ces graines-là. Internet explique qu’il s’agit du plantain des Indes (mais quand on n’a jamais vu de plantain des indes, on n’est pas vraiment plus avancé!)…  disons que ça ressemble un peu à du pavot!

Bilan personnel concernant l’alouda : je trouve ça très rafraîchissant, super bon, (même si au bout d’un moment je laisse un peu de côté les morceaux d’agar-agar) … et alors, avec un gâteau coco fait maison par Roumila… miam! C’est le top!! :)

Alouda-gateau-coco


La quête de Fardak |
Vivre en Chartreuse |
les clés de la santé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un petit morceau de c...
| La vie d'une ado .
| tilly93