Une prof à l'Ile Maurice


Sur les routes mauriciennes (2)

Maurice est une île qui mesure 65km de long par 45 de large. Le réseau routier y est globalement bon, avec quelques tronçons « d’autoroutes » où l’on peut rouler jusqu’à 110km/h. L’un d’entre eux par exemple permet de rallier les villes du Nord à l’aéroport de Mahébourg, au sud-est, en à peu près une heure et quart.

Mais attention à ces quelques mot : « à peu près » car ils ont toute leur importance! En effet, comme la plupart des îles (Guadeloupe, Martinique, Réunion pour celles que je connais), Maurice a son point faible : ce sont les bouchons! Ils sont surtout concentrés au centre de l’île, à Port-Louis, Vacoas, Phoenix… si l’on suit cette fameuse autoroute.

Si l’on prend Port-Louis, la capitale, (qui sera notre exemple car j’y suis passée hier et avant-hier!), on apprend très vite quand on vit ici qu’il y a des heures stratégiques où il vaut mieux éviter de rouler dans Port-Louis, qui est en plus une véritable fournaise l’été. Tout se joue parfois à quelques minutes… hélas, je l’ai su après l’avoir vécu une ou deux fois!! « Quoi! Tu es allée à Port-Louis à 8h! Ohlala mais non, il faut passer avant 7h30, 11h30, ou 16h! » (hum hum, ah oué ok, bon ben… je le saurai pour la prochaine fois!) ;)

Imaginez l’horreur il y a un mois quand la secrétaire de l’ambassade m’a convoquée pour le renouvellement de mon passeport un mardi à 9h…

Enfin bref! Le tout quand on reste coincé dans les bouchons à Port-Louis, c’est de faire un travail sur soi pour oublier la chaleur, la fumée des pots d’échappement, le bruit, le temps qui passe inexorablement alors que l’heure du rendez-vous approche. Il faut veiller à bien laisser de la place aux mobylettes qui circulent au milieu de la voie, à être prêt à démarrer dès que la police vient en renfort pour réguler la circulation pour ne pas être submergé de coups de klaxons, à avoir une bouteille d’eau pleine avec soi et éventuellement de quoi manger (j’ai fait mon goûter dans les bouchons vendredi par exemple en descendant à Moka!), ainsi que quelques CD, car c’est bien connu, la musique adoucit les mœurs… ;)

Bon, et si on s’ennuie, on peut toujours observer le paysage ou le défilé des marchands ambulants qui vendent des ballons, des balais, des chapeaux, des jouets, et toutes sortes d’objets hétéroclites le long de la route… ou encore, faire quelques photos :

Sur les routes mauriciennes (2) dans La vie à Maurice bouchons-pl

 …ou un petit film!! : CLIC :)


Sur les routes mauriciennes (1)

Aujourd’hui, animation du blog avec une vidéo prise tout à l’heure dans la voiture! (youhouuuu!!  ;)

Premier film d’une petite série intitulée « Sur les routes mauriciennes » pour montrer à ceux qui ne sont jamais venus à Maurice à quoi peuvent ressembler la route, les paysages…

Pour ce premier épisode, la « route royale » en sortant de Grand Baie. On voit (un peu) la mer au début de la vidéo, puis elle s’efface pour laisser place aux hôtels, aux habitations, aux haies de bougainvilliers. On y trouve des restaurants, des boutiques… 

Bon, on est d’accord que la qualité n’est pas géniale, que ce n’est pas hyper exaltant avec plein de rebondissements et de suspense… c’est bien pour ça qu’il n’y en a qu’un peu plus d’une minute et que je laisse quelques photos prises dans la foulée, à Grand Baie, juste avant que je ne commence à filmer ;)

Sur les routes mauriciennes (1) dans La vie à Maurice routes-mauriciennes1

routes-mauriciennes2 Maurice dans Sur les routes mauriciennes

routes-mauriciennes3 route dans Vie quotidienne

Sur cette route du nord, pas de vache, de mobylette ou de voiture s’arrêtant n’importe où (tant mieux vu qu’il faut quand même conduire pendant le film!!), je réserve ça pour le Chemin Vingt-Pieds… ;)

C’est donc en cliquant ICI que ça commence!


J’aime, j’aime pô

Déjà deux ans que j’ai débarqué à l’Ile Maurice! Deux ans de découvertes, de gens, de champs de cannes, de bougainvilliers, de varangue, de carry, de rôtis, de mangues, de moustiques, de sable blanc et d’eau turquoise… deux ans de préparation de cours, de correction de copies, de théâtre, de livres, d’avion, de musique, de concerts… deux années que je n’ai finalement pas vu passer, délaissant même mon blog ces derniers mois!

Plusieurs raisons me motivent pourtant à revenir pianoter ma vie ici : les nombreux commentaires très gentils laissés par des gens qui ne me connaissent pas mais m’encouragent à continuer ; des lecteurs adorables rencontrés il y a quinze jours lors d’une soirée au théâtre, qui m’ont dit que mon blog les avait aidés à choisir la destination Maurice pour s’y établir quelques années!! Et puis aussi, quand même, l’envie d’écrire un peu, même si j’ai du mal -souvent- à trouver du temps pour le faire…

Pour renouer avec ce blog, je me propose de faire un bilan de ces deux années passées à l’Ile Momo avec un « j’aime, j’aime pas » à la manière de Perec… mais version Maurice!

:) J’AIME : la couleur du lagon quand le soleil est au zénith, aller à l’école, la gentillesse des gens et des élèves, les letchis, la question « Vous aimez Maurice? » qu’on me pose régulièrement, les fleurs roses des champs de cannes, me baigner, recevoir mes amis ou ma famille de France, les gâteaux doux indiens, les montagnes du centre de l’Ile tantôt bleues tantôt vertes que j’aperçois sur la route en allant à l’école, boire un thé au Moka’z en écoutant un concert, aller voir ma correspondante, les flamboyants en fleurs, les couchers de soleil à Mont Choisy, goûter sous la varangue de mon nouvel appart, l’odeur sucrée qui flotte dans l’air en période de coupe de cannes, la petite boutique hindoue de Triolet, Jhoty et sa famille, le sourire du croissant de lune de l’hémisphère sud, les framboises pays enrobées de sucre, la chanson « Madame Sere » de Tritonik et « Gabriella » des Blackmen Bluz, conduire à gauche dans ma ptite voiture rose, la grosse pièce de 5 roupies avec ses palmiers, les petites lumières de Divali, discuter sur la terrasse de Gilles et Virginie, les beaux saris colorés, les tangs, les lentilles et le carry cuisinés par Jhoty, la couleur de l’eau à Blue Bay, la vue sur le Morne depuis le belvédère de Chamarel, faire la grasse matinée dans mon immense lit king size, le halwa, aller au Sapin même si c’est compliqué de trouver le chemin, les repas du midi avec tous les collègues autour de la grande table, les sacs Piu Piu, la soupe de butternut, l’atelier théâtre, le parfum des frangipaniers en fleurs… et tellement d’autres choses!

J'aime, j'aime pô dans La vie à Maurice blog-mer

Pointe d’Esny, vers Blue Bay

croissant-de-lune bilan dans Vie quotidienne

Le sourire du chat du Cheshire ;)

coucher-de-soleil-blog blog Maurice

Coucher de soleil dans le Nord

:( J’AIME PÔ : les détritus sur le bord de certaines routes, les blocs de béton qui poussent comme des champignons le long du chemin Vingt-Pieds, la misère de certaines familles, les cafards, les piqûres de moustiques, les gens qui arrêtent leur voiture au milieu de la route sans clignotant, le prix du billet d’avion pour aller en France, les bouchons de Port Louis ou de Phoenix, dire au revoir à l’aéroport, les chiens maigres sur le bord des routes, les jours de pluie, les coupures de courant ou d’eau, le piment, la multiplication des centres commerciaux, les constructions trop près des plages, prendre l’avion (j’ai peur en avion), confondre le clignotant et les essuie-glaces quand je reviens de France…

… malgré tout ça, le bilan reste globalement très très positif : aucun regret d’avoir envoyé mon dossier de mutation à Maurice il y a deux ans!! :)

 ombre-blog


C’est encore l’hiver…

« Mouhaha! »

C’est la réponse des gens quand je leur affirme que c’est encore l’hiver à Maurice! Bon alors bien sûr, quand on vient d’Europe, et notamment du centre de la France, « hiver » sonne plus avec « froid, gelées, ciel gris, pulls, écharpe, rhume et bronchite » mais quand même!! Je trouve qu’il est temps d’exposer ce qu’est exactement l’hiver mauricien pour ceux qui s’étonnent que je ne me sois pas encore baignée depuis mon retour fin août!! :)

1) C’est quoi le climat à Maurice?

Comme nous sommes dans l’hémisphère sud, les saisons sont inversées : il fait donc très chaud de novembre/décembre jusqu’à mars… c’est l’été! La température de l’air est à plus de 30°c, l’eau du lagon ne rafraîchit plus les baigneurs, on est moite, il y a beaucoup d’humidité, de la pluie assez régulièrement (et parfois même des cyclones qui traînent pas très loin!).

De mai à octobre, les températures descendent un peu, les jours raccourcissent, il devient de nouveau agréable de se promener, de faire cours sans être liquide au bout de 10min, on en arrive même à mettre un gilet le soir quand on reste sous la varangue… et une couette sur son lit!

Pour l’instant, après un an à Maurice, je peux dire qu’au niveau climatique, j’ai beaucoup apprécié les inter-saisons octobre/novembre et mars/avril, vraiment agréables et douces.

Une petite précision : ici il pleut plus sur les hauteurs et au centre de l’île que près des côtes, plus ensoleillées.

Voici la météo d’aujourd’hui à la capitale :

Météo à Port Louis

C'est encore l'hiver... dans La vie à Maurice partly_cloudy 22 °C | °F sam. dim. lun. mar.
Risques de pluie Risques de pluie Ensoleillé dans l'ensemble Risques de pluie
Nuageux dans l’ensemble
Vent : SE à 21 km/h
Humidité : 56%

2) En hiver à Maurice il fait « froid » :

Faux  : quand on a déjà connu des périodes à -10°c en France ou ailleurs, quand il fallait marcher dans la grisaille, éviter les plaques de verglas ou déblayer la neige devant sa porte… on se dit que 22/24°c la journée, 18°c le soir, on peut appeler ça comme on veut, mais pas « hiver »! ;)

…mais pourtant vrai : quand cela fait des mois que vous vivez en débardeur, à transpirer en classe par 35°c sous les ventilateurs, à bénir la clim de la salle des profs et que l’idée de devoir descendre à Port-Louis faire une course dans la fournaise du mois de décembre vous paraît juste insupportable… automatiquement, le retour d’une petite brise fraîche ou la baisse de la température de la mer vous fait frissonner!! C’est donc pour cela qu’aucune activité nautique n’a commencé à l’école ou dans les centres sportifs, et que les personnes qui se baignent sur les plages actuellement sont les touristes en vacances sur l’île (ou des téméraires!) ;)

3) L’hiver à Maurice, c’est un peu comme l’hiver en France :

Vrai! Comme en Europe, certains arbres ont perdu leurs feuilles, comme les flamboyants par exemple.

A cause de la fraîcheur, on attrape des rhumes et des angines.

Les enfants sont habillés chaudement le matin et le soir, et même à la procession de Ganesh jeudi, certains parents avaient sorti les bonnets!

Cest-lhiver1 hiver mauricien dans Vie quotidienne

Encore plus insolite :

Cest-lhiver2

Le bébé en parka devant le lagon, alors que les enfants de notre groupe étaient en maillot de bain!!

Vous l’aurez donc constaté, malgré une relative fraîcheur, le climat hivernal mauricien reste tout à fait supportable, voire plutôt agréable finalement! :)


Fête de Ganesh

Hier, jour férié à Maurice, c’était la fête de Ganesh, une cérémonie comme je les aime ici : à l’extérieur (en l’occurrence à la plage), colorée et musicale. Voici un résumé en images de ce que j’ai pu glaner comme informations durant cette matinée festive!

Dans la religion indienne, Ganesh, représenté avec un corps d’homme et une tête d’éléphant, est le dieu du savoir. On le célèbre en plusieurs étapes : au départ, les croyants achètent une statue le symbolisant et vont la conserver chez eux une dizaine de jours, en lui faisant régulièrement de petites offrandes, comme des fleurs, des fruits, de l’encens… Dans le même temps, il y a un carême de purification. Le dernier jour, celui de la cérémonie, les statues doivent être immergées : chacun apporte donc la sienne et se joint à la procession qui se dirige vers la mer.

Fête de Ganesh dans La vie à Maurice Ganesh1

Mes collègues et moi avons choisi d’assister à la cérémonie de la plage d’Anse La Raie, une jolie petite crique dans le nord de l’île. C’est encore l’hiver à Maurice, mais heureusement, malgré un petit vent « frais » (tout est relatif!) le soleil était au rendez-vous!

Ganesh3 ganesh ; anse la raie dans La vie à Maurice

Arrivée de la procession, il est 11h.

Ganesh4

Des jeunes filles vêtues de blanc donne le rythme de la marche en tapant sur des bâtons colorés.

Ganesh4bis

Des centaines des personnes arrivent à l’anse.

Ganesh5

Les statues sont parfois assez grosses, toujours décorées et fleuries.

Ganesh5bis

Ganesh6

Direction la plage!

Ganesh7

Ganesh8

Pieds dans l’eau, les gens chantent, prient, frappent les bâtons les uns contre les autres en rythme… perchés sur des rochers, mes collègues et moi savourons le spectacle!

Ganesh9

Autour de nous, des personnes passent déposer de petites offrandes sur les pierres, souvent un bâton d’encens fiché sur une banane et quelques fleurs.

Ganesh11

Ganesh121

Derniers jets de poudre rose, et les porteurs de statues vont pouvoir se diriger dans la mer…

Ganesh13

Ganesh14

Ganesh15bis

Ganesh16bis-voir

La plus grosse statue de Ganesh est aspergée d’eau. Les gens chantent en s’enfonçant toujours plus loin dans la mer.

Ganesh17

Réunis en cercle, le groupe entonne une ritournelle dont on ne comprend pas grand chose d’où nous sommes (ou à la limite, une sorte de « gloria »). Après recherches, il semblerait que cela soit : « Ganapati bappa morya! » (« Ganesh reviens vers nous! » ou quelque chose de ce genre).

Ganesh17bis

Les statues sont ensuite immergées. Les croyants vont plonger au moins trois fois la tête sous l’eau ensemble :

Ganesh17immersion

Pendant ce temps, un groupe de retardataires s’avance dans l’eau avec leurs statues, à reculons (pourquoi à reculons? mystère!) :

Ganesh18

Il est ensuite temps pour tous de regagner la berge, de se sécher et de manger un peu de riz briani avec les doigts, miam!

Nos voitures étant bloquées sur le parking, mes collègues et moi en profitons pour manger sur le pouce (grâce à Élodie et à son mari!), tout en savourant également la vue sur le lagon…

Ganesh19

Ganesh2

Un jour férié très sympa en somme! :)


De retour à Maurice (et hop, au marché!)

Me voici de nouveau en terre mauricienne après deux mois de vacances auprès des miens! C’est reparti pour une nouvelle année de cours, de copies, de balades à pied ou en voiture rose, d’ananas, de chouchous, de frangipaniers et de fleurs d’hibiscus, de couchers de soleil… et de blog aussi! :)
Avant un article-bilan de ma première année à Maurice, voici quelques photos du marché de Goodlands, dans le nord-est de l’île, où je suis allée il y a quelques jours avec des amis (en attendant de le faire avec ma collègue Rumila bien sûr!!).

Le marché du samedi est surtout consacré aux étals de fruits et légumes. Petit à petit, au rythme de la foule, on parcourt les travées protégées par des plaques de tôle, on regarde les empilements de salades, de tomates et de pâtissons, on respire des effluves d’encens et d’épices, on négocie une papaye, on achète des petits gâteaux indiens, des chips colorées à faire frire dans l’huile ou d’autres trucs bien gras (mais bien bons!)… allez, quelques images pour vous montrer tout ça!

De retour à Maurice (et hop, au marché!) dans La vie à Maurice March%C3%A9-12

March%C3%A9-21 Goodlands dans La vie à Maurice

March%C3%A9-31 marché

March%C3%A9-41

Et bien sûr, je n’oublie pas les chips bizarres! ;) Observons les étapes de leur préparation!

1) Acheter des chips bizarres au marché :

Chips12

2) Plonger les chips bizarres dans de l’huile bien chaude :

Chips21

3) Observer la transformation des chips bizarres :

Chips31

4) Les chips bizarres (et bien grasses!) sont prêtes à être dégustées!

Chips41

Bon, promis pour ceux qui viennent cette année, je vous ferai autre chose à manger!! ;)


Première communion!

Première communion pour moi à Maurice, et première communion également pour Lia, la fille de mes amis Gilles et Virginie! :)

Tombée du lit le samedi matin pour ne pas manquer la messe, je découvre la jolie petite église de La Salette, faite de pierres volcaniques noires et perdue dans les champs de cannes aux alentours de Grand Baie :

Première communion! dans La vie à Maurice Communion

Communion-voiture communion ; brioche dans Vie quotidienne

C’est actuellement le début de l’hiver à l’Ile Maurice, la plupart des flamboyants de l’église ont perdu leurs feuilles et les champs de cannes dressent fièrement leurs « fleurs », des sortes de grandes plumes roses.

Arrivée un peu en retard, j’assiste à la messe depuis le pas de l’église : le bâtiment est plein à craquer, il y a environ une vingtaine de petits communiants accompagnés par leur famille et leurs amis. Les enfants chanteront plusieurs fois durant la cérémonie : c’est très beau. L’ambiance et le cadre bucolique me font penser au roman Paul et Virginie

Communion1

A la sortie de la messe, la coutume veut que l’on offre à ses amis une petite brioche ronde (l’équivalent du sachet de dragées pour nous) : pour ma part, j’aurai la mienne le soir, lors du repas organisé en l’honneur de Lia! (Voici quand même une petite photo prise à l’appart le lendemain, avant que je ne dévore la brioche!) :

Communion-brioche

Pour la soirée de communion, Gilles et Virginie avaient fait les choses en grand! Table super classe, avec chandeliers en cristal décorés de fleurs, petite photo de la star du jour, plats de dragées… :

Communion-table

Je ne parle pas du cadre : chouette villa avec jardin et piscine, donnant directement sur la mer (je compte bien revenir de jour pour prendre quelques photos!) :

 Communion21

Il faisait un peu froid pour se baigner par contre!  ;)

Au menu, là encore, nous avons été gâtés : verrines, petits fours, cocktail, barbecue, salades…

Communion3

Communion4

… sans oublier une magnifique pièce montée!!

Communion5

De l’ambiance, un bon repas, un cadre agréable… Toute la famille a bossé dur, et quel beau résultat : encore merci!! :)


Petite anecdote de prof

Aujourd’hui c’était le dernier jour de classe de mes 3e. Depuis lundi, nous enchaînons les heures de révisions en vue du Brevet. Le groupe dont je suis prof principal arrive dans ma salle cet après-midi.

LES ÉLÈVES (la bouche en cœur) : Bonjouuuur Madame! C’est notre dernier jour de classe aujourd’hui, vous avez un petit cadeau pour nous?

MOI (interloquée, un sourcil en l’air) : Pardon? Je suis censée vous offrir quelque chose?

LES ÉLÈVES : Ouiiii! La prof de maths, elle, nous a offert un porte-clefs en bois gravé à notre nom!

MOI : Aaaah… Je suis surprise, figurez-vous que dans mon ancien établissement, c’était plutôt mes élèves qui m’offraient une petite boîte de chocolats en fin d’année! 

LES ÉLÈVES : Ah oui? Eh bien là c’est la prof qui nous a fait cadeau des porte-clefs et en plus, d’une petite phrase philosophique plastifiée qu’on a tirée au sort!

MOI : Aaaah je vois… Eh bien… (avisant ma pochette de classe) moi aussi j’ai un cadeau pour vous!

LES ÉLÈVES (l’œil brillant) : Ah oui???

MOI : Oui! Je vous ai préparé avec amour quelque chose pour que vous pensiez à moi pendant les vacances et même au lycée. C’est un cadeau auquel je tiens beaucoup, qui me reflète bien et qui vous sera utile!

LES ÉLÈVES (impatients) : Ah ouiiiii???

MOI (triomphante, brandissant une liasse de feuilles) : OUI! Si vous vous ennuyez durant ces vacances, si vous ne savez pas quoi faire, vous penserez à moi : je vous offre… cette magnifique « Liste de lectures estivales pour le Lycée »!! (sourire ultra-bright)

LES ELEVES :

Ils ont quand même avoué que c’était un « cadeau » qui me ressemblait bien… ;)


Combien ça coûte? (réponse à la devinette)

Même si j’ai été détachée de l’Éducation Nationale pour travailler avec l’AEFE, je suis toujours payée en euros. Et quand on travaille à l’étranger mais qu’on touche son salaire dans la monnaie de son propre pays, on s’intéresse assez vite au cours des devises et au taux de change!! ;) En cette période où l’euro baisse, je jette souvent un œil sur les marchés avant de faire mes transferts, et pour cause : à mon arrivée en août, 1 euro équivalait à presque 40 roupies, tandis qu’aujourd’hui (19/05/12) il en vaut 36,3 et la tendance ne semble pas vouloir s’arranger…

Ceci me donne donc l’occasion de répondre à la petite devinette posée il y a quelques temps déjà sur le prix de quelques aliments et produits de la vie quotidienne (à savoir le pain, les yaourts, le Coca, le camembert… et le magazine Voici! A noter que j’ai relevé les prix il y a à peu près un mois, cela a peut être varié un petit peu depuis).  Pour cela, plongeons-nous dans LE temple de la consommation du nord de l’île :

Combien ça coûte? (réponse à la devinette) dans Bouffe et boissons de l'Ile Momo SuperU

Vous l’aurez deviné, ce sont les produits importés par avion qui sont les plus onéreux. A Super U donc, et les personnes qui ont voté avaient raison, c’est le camembert qui coûte le plus cher parmi les 5 produits que j’avais proposés : 198Rs le Coeur de Lion (5,45€) ou encore 218Rs le Caprice des Dieux (6€) par exemple.

Il est suivi de près par le magazine Voici (186Rs, soit 5,10€ au lieu d’1,50€!) et certains yaourts. Alors que 4 Yoplait valent en moyenne autour de 47Rs (on peut les acheter à l’unité ici, j’adore, je choisis toujours plein de parfums différents selon mon envie du moment) (habitude à perdre en France cet été, il faudra que j’y pense!!), les 6 petits suisses coûtent quant à eux entre 119 et 250Rs (3,30 et 6,90€), les 4 Sojasun sont à 185Rs (5€), on comptera 230Rs pour 4 Activia (6,30€) et 380Rs (10,45€) pour une grosse faisselle Rian (et là, ça commence à faire cher le fromage blanc!).

Vient ensuite le Coca Cola (38,50Rs la bouteille d’1,5l soit 1€ grosso modo, je pense que c’est le même prix en France plus ou moins?). Pour les amateurs, la bouteille de bière locale Phoenix Beer, 650ml, est à 48Rs (1,30€), c’est-à-dire le même prix qu’une canette de 33cl d’Heineken. Même chose pour l’eau : on trouve 6 bouteilles d’eau de source mauricienne Vital à 103Rs (2,80€)… du coup on évitera la bouteille d’Evian à 72,5Rs! (2€)

Pour finir, c’est le pain qui ferme la marche : à Super U, acheter une ficelle industrielle vous en coûtera 5,50Rs (0,15€) et une baguette 10,40Rs (0,28€). Par contre, si vous avez envie d’une miche bio fabriquée à Maurice, il faudra débourser entre 190 et 220Rs (5,20-6€). La bonne découverte de cette semaine : une petite boulangerie sympa à Pointe-aux-Canonniers, qui fait du bon pain « à la française », croustillant avec une mie bien moelleuse (miam!) et là c’est autour de 25/28Rs la baguette (env. 0,80€).

Quelques prix en vrac pour ceux qui sont intéressés par les choses sérieuses (héhé) : le pot de Nutella de 350gr est à 108Rs (soit 3€), le paquet de chocos Prince vaut 85Rs (2,35€), la boîte de Ferrero rochers de 200gr 205Rs (5,65€), les Pringles 92Rs (2,50€)… donc autant dire que je mange un peu moins de « cochonneries » ici (…enfin, tout est relatif!).

Je m’aperçois que j’achète également moins de bœuf (le beef hâché est autour de 200Rs la barquette), pour privilégier davantage le poulet, les oeufs (45Rs les 6) ou le porc. Je consomme plus de fruits et de légumes, même si les prix à Super U sont un peu élevés (mieux vaut aller au marché).

Autre chose que je consomme à gogo : le riz! Ici, il est plus facile de trouver des sachets de 25Kg de riz (1430Rs, soit 1,5€ le kg) que des paquets de 500gr ou d’un kilo!! (il faudra que j’essaye de prendre une photo du rayon!).

Cari-poulet alimentation dans Devinettes et sondages

Cari de poulet préparé par Jhoty

Bref, vous l’aurez compris, vivre dans une île tropicale ravitaillée par mer et par avion fait que l’on est amené à changer son alimentation, pour le plaisir de manger « local » d’abord, et puis pour éviter aussi de passer son budget dans la bouffe!! Par contre, je ne cache pas que j’ai parfois des petites envies de « trucs-comme-en-France » et dans ces cas-là, cela fait bien plaisir de manger un morceau de chocolat Côte d’Or ou un Ferrero!! :)

PS : pour mon père et Rodo qui me le demandent souvent : actuellement, l’essence est à environ 49,30Rs le litre (prix fixe dans toutes les stations de l’île), c’est-à-dire à 1,35€/l.


Un mariage hindou

Le week end dernier, j’étais invitée dans la famille de Jhoty pour assister à un mariage hindou!

Accompagnée par ses filles et leurs cousines, j’ai pu découvrir deux étapes importantes du mariage : « la cérémonie du safran » le samedi soir, et l’union des mariés le dimanche. Pour l’occasion, on m’avait prêté un beau sari noir! (à noter que le sari -qui est un vêtement magnifique- reste néanmoins à mon humble avis l’un des moins pratiques : je serais incapable de le mettre seule et mon gros défi de la journée de dimanche a même été de conduire avec!!).

Voici une série de photos, accompagnées de quelques explications pour vous faire partager cette chouette découverte :

La cérémonie du safran (samedi soir)

Un mariage hindou dans La vie à Maurice Mariage-indien-veille-cadre

D’entrée, dès l’arrivée sous le chapiteau accolé à la maison, je suis frappée par plusieurs choses :

-le cadre, magnifique, décoré de tentures, de lumières, de guirlandes et de fleurs aux couleurs chatoyantes
-les tenues des femmes, superbes, brillantes et colorées
-la mariée, assise près de sa mère sur une estrade, qui parait extrêmement triste (c’est sa dernière nuit à la maison, ensuite elle partira vivre avec son époux et éventuellement sa belle-famille).

La cérémonie du safran va se dérouler sans le marié, qui fait à peu près la même chose de son côté, avec sa famille. 

A noter qu’avant la cérémonie, nous avons mangé un très bon repas (là encore avec les doigts, je commence à prendre le coup de main!), composé de cari de gros pois, de banane, des brèdes, du giraumon… le tout accompagné de riz et de dholl puri (sorte de petites crêpes qui ressemblent à des faratas) : délicieux! :)

Mariage-indien-veille-mari%C3%A9e mariage hindou ; cérémonie du safran dans La vie à Maurice 

La mariée, toute vêtue de jaune, et sa mère arrivent, la cérémonie peut commencer! Le prêtre va longuement bénir différents objets (fleurs, timbales…) en compagnie des hommes de la famille. Les veuves ne participent pas au déroulement des différents rites, seules les femmes mariées pourront approcher la jeune fille et enduire son visage de « safran » (curcuma) comme le veut la tradition. Cette étape est une sorte de bénédiction : chaque membre de la famille va aller devant la mariée, lui tapoter les épaules et la tête avec un petit fagot de vétiver, puis la barbouiller de safran. On va également déposer des fleurs jaunes sur elle. La pauvre a pleuré pendant tout le rituel, tandis que sa maman essuyait les plus gros morceaux avec un mouchoir.

J’ai pris une photo au moment où Jhoty était auprès d’elles :

Mariage-indien-veille-safran

Mariage-indien-veille-pleurs

Deux vieilles femmes seulement chantent durant cette cérémonie. La fille de Jhoty, Dyvia, m’a expliqué que la jeune génération ne connaît pas vraiment les chants rituels, donc ce sont les personnes les plus âgées qui s’en chargent.

La soirée se termine par une fête avec musique et danse, tout le monde retrouve alors le sourire, à l’image de Jhoty!

Mariage-indien-Jhoty

L’union des mariés (dimanche)

 A 14h, emmaillotée dans mon sari grâce à la belle-sœur de Jhoty, je suis prête pour la cérémonie!

Après un bon riz briani, nous attendons le marié et sa famille, qui finissent par arriver au son des klaxons : ils sont chargés de cadeaux (fleurs, vêtements pour la mariée, bijoux, fruits…) mais tout sera béni avant d’être offert.

La cérémonie commence avec le marié seul sur l’estrade, accompagné par son beau-frère et deux prêtres : le sien et celui de la mariée. Le jeune homme est vêtu de rouge et de beige et porte une sorte de grosse toque sur la tête. Au bout de quelques minutes, sa promise sort de la maison sous un tissu brillant tenu par ses frères :

Mariage-indien-mari%C3%A9e

Les époux vont devoir suivre plusieurs rituels chargés de symboles :

-ils vont s’échanger un collier de fleurs de frangipaniers, 

-après avoir noué un tissu à la robe de la mariée pour symboliser leur union, le jeune homme et sa femme vont tourner 7 fois autour du feu allumé sur scène (ce sont 7 promesses qu’ils se font : fidélité, respect, etc.),

-ils vont également se cacher sous un grand drap déployé au dessus d’eux : c’est là, à l’abri des regards, que le marié tracera le liserai orange sur la chevelure de sa femme, ce qui signifie qu’elle est désormais mariée :

Mariage-indien-drap

Mariage-indien-trait-rouge

-le marié va donner à son épouse un collier en or, le « mangalsutra » :

Mariage-indien-collier

-tous deux vont enfin s’échanger leur bague :

Mariage-indien-%C3%A9change-bagues

Mariage-indien-%C3%A9change-bagues2

La cérémonie s’achève par un beau jeté de fleurs sur les mariés (que je n’ai pas eu le temps de prendre en photo!!) Suivent ensuite quelques « jeux », comme celui où la famille de la mariée bloque l’entrée de la maison à son époux : il doit payer pour pouvoir entrer! (a priori, d’après ce que j’ai pu comprendre entre les rires et les moqueries, ce marié-ci n’avait pas été très généreux!!)

Réunis dans une pièce de la maison, les époux attendent ensuite que chaque membre de leur famille viennent les bénir en leur faisant manger une cuillère de riz au lait. Ils partiront enfin de la maison, accompagnés par les pleurs de tous…

Conclusion : Pour résumer, une très belle nouvelle expérience pour moi, dans une famille sympathique, où tout le monde a pris un peu de temps pour m’expliquer le déroulement de la cérémonie, en parlant doucement le créole ou en essayant d’utiliser le français! :)


123456

La quête de Fardak |
Vivre en Chartreuse |
les clés de la santé |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Juste un petit morceau de c...
| La vie d'une ado .
| tilly93